Aller au contenu principal

Notre histoire

Albert Jeannotte a pris possession de la maison après une carrière de chef-cuisinier qui l’avait amené à présider aux cuisines des tables les plus prestigieuses de la Vallée du Richelieu. Il a alors l’intention d’ouvrir son propre restaurant.

Il a débuté sa carrière en 1982 à Saint-Marc-sur-Richelieu d’abord à l’Auberge Handfield, et de 1983 à 1988 au restaurant Les Trois-Tilleuls, à cette époque un établissement Relais et Châteaux. Il poursuit en même temps des études en cuisine et obtient un diplôme en cuisine professionnelle en 1985.

En 1988-89, il entreprend une formation en France et pendant six mois se perfectionne auprès du chef Michel Rostang dans le 17ème arrondissement et au restaurant Le Fouquet’s, rue Les Champs-Élisées à Paris. Il poursuit sa formation à Plounérin en Bretagne, auprès du chef Patrick Jeffroy et la termine chez Lucas Carton, Place de La Madeleine à Paris, avec le chef et propriétaire Alain Sanderens.

De retour au Québec, il préside aux cuisines du Manoir Rouville-Campbell de 1989 à 1993 et poursuit sa carrière à l’Hôtel L’Intercontinental, à Montréal, de 1993 à 1996.

En 1996, Albert Jeannotte, achète la maison Magloire-Vézina à Saint-Denis-sur-Richelieu. Il met une année complète à restaurer le bâtiment.

Le 11 janvier 1997, La Belle aux Berges ouvre ses portes et offre gîte et table champêtre depuis cette date. Grâce aux travaux de restauration et à l’aménagement des cuisines, chambres et salle à manger, La Belle Aux Berges a repris sa place parmi les bâtiments patrimoniaux et les grandes maisons bourgeoises de Saint-Denis. Il est depuis ce jour un établissement classé 4 soleils au classement des gîtes du Québec.

Contactez-nous
Notre histoire